Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 18:43
Poème: Patapim Patapam (Hommage à "l'Encantada" du groupe Nadau)

« PATAPIM PATAPAM ! » C'est le bruit de mon cœur

Qui bat pour l'étrangère au visage enchanteur.

Elle est l'étoile filante qui fait briller mon âme

Et tisse au fil des jours mon bel et tendre drame.

Dans son œil danse l'éclair sauvage des mers lointaines,

Nuage insaisissable, elle est ma bohémienne ;

Les soirs de solitude, sur le bord de la nuit,

Je la vois qui s'assoit, elle vient tromper l'ennui.

Les reflets de sa peau, comme un feu d'artifice,

Scintillent sur le miroir moiré des eaux complices,

Mais un rayon de lune vient troubler l'onde et zèbre

Son image qui rejoint l'écran noir des ténèbres.

Emportée par les nues, elle s'envole en laissant

Des parfums exotiques, vanille, ylang ylang,

Qui se propagent dans la rumeur voilée du vent

Et inondent mon esprit d'un vertige émouvant.

Dans le nid de mes bras, mes étreintes en attente

Rêvent avec émotion de caresses hésitantes,

En espérant qu'un jour son cœur batte et s'enflamme

Pour faire sur ma peau nue « PATAPIM PATAPAM ».

Repost 0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 18:28
Poème: Le Gascon dans l'Histoire

« Donnez-moi une armée de vrais Gascons, et je traverserai cent lieus de flammes ! » Napoléon

 

 

Son accent chante et roule comme les eaux rocailleuses

Et s'en vient conforter son assurance gouailleuse

Qu'il prend pour excuser le quart d'heure de retard,

Dû, faconde à l'appui, à des tonnes d'avatars.

Le Gascon est hâbleur mais il a du panache,

Dans ses fanfaronnades et son bagout se cachent

Le courage, la hardiesse, que le bon Roi Henri

Avait su déceler derrière les mots d'esprit.

Sur les champs de bataille, ce guerrier téméraire

Colora de bravoure les rangs des mousquetaires,

Sujet du roi de France, il piquait de sa lame

Et de sa repartie pour enjôler les dames.

Les défauts du Gascon en ont fait un héros ;

Grâce à la propension à faire son numéro,

Mis en avant par ses qualités de bretteur,

Il inspira plusieurs de nos fameux auteurs.

               Natif de la Gascogne, en aurais-je hérité ?

Ma verve épouse la vie, j'adore boire et chanter,

Mesdames, je vous propose l'aubade sous le balcon,

Acceptez ! Ce n'est pas une promesse de Gascon !

Repost 0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 18:26
Poème: Les vallons d'oxygène

Paysage bucolique de collines et vallons,

Territoire historique au caractère trempé

Où le labeur des hommes s'écoule dans les sillons,

Le Gers est une invite à de belles échappées.

Terroir de l'Armagnac, patrie de D'Artagnan,

La Gascogne foisonne en églises et châteaux,

Abbayes et bastides, beaux écrins en plein champ,

Où de petits cours d'eau serpentent en concertos.

Vin et gastronomie engagent à faire une pause

Sous les arcades ou bien devant les tournesols,

Pour observer le bal des pierres et des briques roses

Ou celui des chevreuils qui courent et batifolent.

Pays aux mille joyaux, la « Petite Toscane »

Se pare de la lumière de sa robe tamisée

Et distille alentour sa douceur paysanne

Sur les fiers pigeonniers, les marchés irisés.

Âme de l'Occitanie à l'esprit mousquetaire,

Le sol de mes aïeux me prendra en silence.

Lorsque le sang gascon quittera mes artères,

Je veux dormir en paix au lit de mon enfance.

Repost 0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 18:24
Poème: L'écho du passé

Je t'aime avec un cœur dont la raison n'est plus,

Mon esprit désarmé n'arrive pas à penser,

Nos années ont jeté sur moi leur dévolu,

Mes nuits se remémorent l'odeur des draps froissés.

La musique de ton nom par le vent m'est portée

Et vient agrémenter le ciel de mes soirées,

Comme un écho céleste qui s'en vient conforter

Le silence alentour, vêtu de soie moirée.

Ma poitrine est emplie du baume de tes paroles

Et résonne à l'envi de l'onde de ta voix,

Tout mon être est baigné d'une tendre auréole

Et rejoint dans mes rêves les rivages de nos joies.

Mon cœur bat la chamade à l'idée d'un baiser,

Ma peau n'a conservé que toi en souvenir,

Ta caresse est ancrée sur mon corps apaisé,

Elle adoucit ma vie pour les ans à venir.

Repost 0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 18:21
Poème: Des héros de légende

Ils étaient ouvriers ou petits artisans,

Ces prolétaires sans gloire couraient après les primes

Afin d'améliorer l'ordinaire paysan,

Modestement, loin des vivats et de la frime.

Nouveaux conquistadors, ils affrontaient les Pyrénées,

Où ne s'aventuraient que bergers et bestiaux,

Ils arrachaient la terre sur les chemins damnés

À la force du mental, des tripes et des boyaux.

En jouant les Vulcain au pied du Tourmalet,

Christophe contribua à la Mythologie

D'une épreuve colossale, toujours inégalée,

Et dont l'imaginaire pénétra les logis.

Dans ces travaux d'Hercule de forçats volontaires,

Les exploits n'étaient pas l'apanage du vainqueur

Car les vaincus, au bout de l'effort solitaire,

Affichaient la noblesse de géants au grand cœur.

Roman de chevalerie avec sa geste épique,

Son histoire et sa fresque sont connus des profanes,

Érigé en légende par des écrits mythiques,

Le Tour fait désormais partie du patrimoine.

Repost 0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 18:15
Poème: Un été de chien (ou un crime ordinaire)

" Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé "

Antoine de Saint-Exupéry

Je suis passé par peurs et doutes

Sur le bas-côté de la route.

Quand la fourrière est arrivée

Je ne pouvais plus saliver

Tellement la chaleur m'accablait,

Et pourtant tout mon corps tremblait.

Ils m'ont enfermé dans un box

En compagnie d'un petit fox.

Difficile de savoir pourquoi

Je me trouve sous un autre toit.

Je faisais la joie des enfants,

J'étais heureux de les voir fans

De leur jouet plein de patience.

Et puis sont venues les vacances...

Il m'a semblé que je gênais.

Ils n'ont pas voulu m'emmener.

C'est vrai que je ne suis qu'un chien,

Mais j'aurais fait un bon gardien,

Ils ne m'ont pas laissé le temps

De leur montrer tous mes talents.

Moi, je voulais les protéger,

Prévenir de certains dangers,

Leur prouver ma docilité

Ainsi que ma fidélité.

Je ne souhaite pas m'en remettre

À la bonté d'un autre maître,

Ils n'oseront pas la trahison

En m'oubliant dans ma prison.

Bien sûr, ils m'ont abandonné,

Mais je suis prêt à pardonner,

L'erreur n'est que faiblesse humaine

Qui ne justifie pas la haine.

Repost 0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 12:19
Poème: Je t'aurai tant aimée
Poème: Je t'aurai tant aimée

On ne peut pas lutter contre l'onde qui avance

Ou le vol des nuages poussés par la tempête,

Le flux de ton amour m'a pris dans sa mouvance

Et les vents insolents n'en ont fait qu'à leur tête.

Je n'ai rien contrôlé des frissons et des rêves,

Qui ont nourri mon corps du printemps à l'hiver,

Je t'ai aimé à vie, sans condition, sans trêve,

Tu auras été l'ange peuplant mon univers.

Un jour perdu, tu es partie aux heures sombres,

Et, depuis lors je fais l'amour à ton fantôme,

Ma peau s'enivre encore des parfums de ton ombre

Que j'étreins chaque nuit au milieu de mes sommes.

Car ce que je ressens est plus qu'un sentiment,

C'est une force immense que je hisse en vertu,

                 Dont le pavillon flotte sur les ailes du temps

Et qui te crie l'amour de mon cœur dévêtu.

Quand je m'envolerai sur les cheveux du vent

Pour aller me mêler à la cendre céleste,

J'emporterai l'éclair de tes yeux émouvants,

Il sera mon soleil pendant ma longue sieste.

Repost 0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 12:16
Poème: Il fait toujours soleil (sous la couette)

Et gronder le tonnerre et souffler la tempête!

Les amants n'en ont cure quand ils sont sous la couette,

Car les morsures du temps se retrouvent effacées

Par les tendres brûlures de celles de leurs baisers.

Ce sont les doigts qui voient, dans le royaume du noir,

On découvre à tâtons, le cœur ému d'espoir.

Les mots doux susurrés libèrent l'inhibition

Et les paroles osées permettent la transgression.

Les murs ont des oreilles et les placards des yeux,

Inutile de choquer ou de fâcher les dieux!

Foin des interdictions! Que la fête soit complète!

Mieux vaut cueillir les fruits défendus sous la couette.

Les plus coquins fantasment que l'autre n'est pas elle,

Ou que ce n'est pas lui, et ça leur donne des ailes,

Des pensées érotiques, tendrement vengeresses,

Mais peu importe l'idée, pourvu qu'on ait l'ivresse!

Amoureux sous la pluie, en recherche de chaleur,

Quittez donc et jetez vos habits de pâleur!

Mettez-vous à couvert lorsque le ciel rouspète,

C'est du soleil qui pleut lorsqu'on est sous la couette!

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 14:13
Poème: Jardinier en intelligence

« Les maîtres d’école sont des jardiniers en intelligence humaine »

« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne » Victor Hugo

Comme un pianiste en herbe qui maudit son piano,

Un chauffeur débutant qui galère au créneau,

L'enseignant met cent fois l'ouvrage sur le métier

Pour polir son projet et le mettre en chantier.

Parmi tous ses élèves, ce sont les moins doués

Qui le poussent et le forcent à ne pas échouer,

Le vrai maître est celui qui n'a de cesse d'apprendre,

Se remet en question pour tenter de surprendre.

Enseigner le contraint d'avoir les pieds sur terre,

L'éloigne de son égo et de la stratosphère,

Faut aller au charbon, descendre dans l'arène,

Ne pas être aveuglé d'ambition souveraine.

Amener les enfants sur les lieux du savoir

Est une noble idée que l'on doit concevoir

En sachant que l'échec peut engendrer l'espoir,

Et, si l'on est patient, conduire à la victoire.

Créateur de destins, forgeur de compétences,

L'enseignant montre à l'homme la voie de l'espérance.

En ces temps incertains et de périodes qui grondent,

Assurément, c'est le plus beau métier du monde!

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 14:08
Poème: Je suis la France (d'hier et de demain)

 

 On nous parle de menace, de tsunami humain,

Les mots et les images nous imposent une terreur,

Une inquiétude qui clôt la porte de nos cœurs.

Nous y perdrons notre âme et notre honneur demain.

 

Je suis fils d'Arméniens, Cambodgiens, Vietnamiens

Ayant fui les massacres. Je suis fille d'Italiens

D'Espagnols, Portugais, Argentins ou Chiliens,

Victimes de dictatures, écrasés comme des chiens.

 

Mes parents ont quitté le Maghreb ou l'Asie

Pour épouser la France et lui faire des petits,

Ils ont parfois donné leur sang pour la patrie.

Mais l'égoïsme accroît les montées d'amnésie!

 

Mes frères et mes sœurs venant du Proche-Orient

Fuient la mort, la torture, la guerre et ses horreurs.

Comment oser les renvoyer à la fureur,

Quand malgré les souffrances ils viennent en souriant?

 

Ils se noient par milliers, on ne tient plus les comptes,

Notre plan d'eau d'été est leur charnier marin,

Et si leurs cris n'ont pas raison des cœurs d'airain,

C'est nous qui finirons tous noyés dans la honte! 

Repost 0

Présentation

  • : zyablik.over-blog.com
  • zyablik.over-blog.com
  • : Poèmes. Textes poétiques. Réflexions.
  • Contact

Recherche

Liens