Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 15:47
Poème: ¡No pasarán!
Poème: ¡No pasarán!

                              « ¡No pasarán! »

Ce cri est une prière afin d'exorciser

L'horrible bête immonde qu'on nomme peste brune,

Maladie politique qui a galvanisé

Les idéaux racistes, ravivé des rancunes.

 

Progressistes d'Europe, ne baissez pas la tête,

Il est minuit moins une et le climat de haine

Ne cesse d'amplifier, l'histoire se répète,

L'imposture persiste dans ses rêves obscènes.

 

Les revenants d'un monde qu'on croyait disparu

Se comptent désormais par milliers, par millions.

A visage découvert ils s'exhibent dans la rue

Et opposent au progrès une fielleuse rébellion.

 

« Je suis, tu hais, il hait », selon le leitmotiv

Qui les pousse à vomir, à déshumaniser

Nos peuples bigarrés. Pour de tristes motifs

Ils crachent leur venin sur une peau bronzée.

 

Leur doctrine s'appuie sur nombre de faiblesses

De pays subissant les crises économiques,

On entend des sirènes qui trompent la jeunesse

Par un discours truqué, bassement démagogique.

 

On désigne l'intrus, créant la division,

La répulsion de l'autre, la peur du lendemain,

On nous promet la guerre des civilisations,

Cette idéologie n'a pas visage humain.

 

La montée du fascisme n'est pas inéluctable,

Sortons de la réserve et resserrons les rangs,

Nous, les gardiens du temple face à l'inacceptable.

Ils ne passeront pas! ¡No, no, no pasarán!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : zyablik.over-blog.com
  • zyablik.over-blog.com
  • : Poèmes. Textes poétiques. Réflexions.
  • Contact

Recherche

Liens