Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 20:30
Texte: Nocturne apparition
Texte: Nocturne apparition

Le sommeil se refusait à mon corps et à mon esprit. Je fis quelques pas dans le noir en me disant que je devais tout naturellement ressembler à un homme qui se lève au milieu de la nuit et qui marche à travers sa chambre sous le poids d’une pensée trop lourde.
Je ne saurai jamais si ce fut une construction intellectuelle ou une simple réalité mais du milieu de l’obscurité surgit une lumière qui me cueillit nu et glacé dans son feu de projecteur aveuglant. Je me sentais comme une bête de terrier éblouie par le jour.
Puis la lumière se détourna de moi en laissant sur mon visage une impression enfantine de désarroi et de curiosité chagrine. Le faisceau balaya la chambre un court instant et se figea comme par enchantement sur un visage de jeune femme pris dans un halo vaporeux; apparition silencieuse retenue un instant dans le cercle lumineux. Une pluie de papillons roux fondait sur elle en tendresse comme une fine grêle tiède. Le visage me sourit et je sentis mon corps se suspendre merveilleusement, envahi d’un apaisement inexprimable. Mon être entier s’épanouissait sous la douce averse de ce sourire mouillé.
La lumière s’estompa pour prendre la quiétude d’une flamme de bougie qui s’éteint progressivement dans une chambre calme. Je sentis la pesée d’un bras qui sur le mien s’appuyait légèrement d’abord, puis plus lourdement, comme pour me signifier qu’il était l’heure. La nuit me happa gentiment de ses gants de velours et me rendit au jour à l’aube naissante.

Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 15:31
Texte géométrique: Hic et nunc

    Afin de se rendre compte de la valeur d’une année parlez-en à
    
un étudiant qui apprend son échec aux examens de passage.
      Pour mieux  estimer  la  valeur d’un mois, demandez donc à
       une maman qui a donné naissance à un enfant prématuré.
         Pour la  valeur d’une semaine touchez-en deux ou trois
          mots au rédacteur en chef d’un journal hebdomadaire.
           Les amoureux  inquiets  au moment du  rendez-vous
            savent ce que  sous-entend un retard d’une  heure.
              Un voyageur qui a manqué son train  apprend à
                ses dépends ce qu’est la valeur d’une  minute.
                 Ceux qui ont  évité un accident  connaissent
                   avec grand bonheur le prix d’une seconde.
                    Pour un centième de seconde demandez
                     à un  athlète médaillé d’argent aux  JO.
                      Il  faut chérir  les  moments de  la vie,
                       d’autant plus si  vous  les  partagez
                         avec quelqu’un  de spécial. Mais,
                          n’oubliez  jamais que  le  temps,
                            lui, n’attend jamais  personne.
                              Hier c’est l’histoire, demain
                                un mystère. Aujourd’hui
                                   est  un  vrai  cadeau,
                                        c’est pourquoi
                                                 on
                                    l’appelle le présent.

 

Repost 0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 21:06
Parábola: Loba solitaria

La loba solitaria se asoma delante de los ojos del hombre.

Aunque que sean diez metros entre ellos, siente el hombre las uñas de la loba que se clavan en su carne. Encendida está la alarma de un ataque mortal.

 

Le avisa la loba:

 

« Si me conocieras más entenderías que soy un ser con un corazón leal, que no soy malévola y que estoy aquí por la misma razón que tú.

Quiero por siempre convivir y compartir este mundo con los demás seres de la naturaleza y junto contigo. También este es mi hogar y quiero vivir en él. Por favor conoce y aprende de mí y verás que soy igual a tí, que eres mi hermano. Ambos somos hijos de la vida ».

 

Dió el hombre un paso en dirección de la loba.

 

«!Un momento! Si vienes a esta cueva te advierto que mis alimentos son: El sol y la luna, el mar y las montañas, la tinta, las letras y los libros. Tienes también que saber que conmigo andan unas heridas antiguas, pero sin embargo tengo alas abriéndose y un recuerdo subconsciente del amor ».

 

Entró el hombre en la cueva.

 

Apunte del autor a la loba:

 

Loba solitaria, corazón de guerrera con la piel estropeada, miras al horizonte con alma entera. El invierno no trajo caricias pero la grandeza de sentimientos de tu espíritu de loba generosa limpia el cielo de las sombras. Olvidarás miedos, olvidarás otoños fríos. Ahora tu fuerza tuerce el destino y una nueva luz te guia, espero que llenará de amor tu vida.

Repost 0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 15:18
Poème érotique: Parfum de désir

Lorsque mes mains complices ôtèrent ton corsage
Nous savions toi et moi qu’on allait faire tomber
Les tout derniers remparts protégeant nos corps sages
Qu’une rage nouvelle voulait émanciper.

Trop longtemps contenues, nos ardeurs libérées
Ont brisé le carcan pour rechercher leur dû.
De caresse en caresse, mots coquins susurrés,
Nous avons laissé cours aux ardeurs éperdues.

Quand nos désirs se croisent nous devenons vampires.
Je te mange t’es gênée, te dévore tu adores.
Alors je m’offre à toi, tu m’aspires, je chavire,
Et tu prends goulûment possession de mon corps.

Telle l’ondulation d’une belle flamme douce
Tes hanches se soulèvent afin de m’accueillir.
Tes cuisses se séparent pour que je les épouse
Et me montrent la voie pour en toi m’introduire.

Nos bouches ne font qu’une et nos corps en fusion
Dans un même tempo engagent un crescendo.
Nos deux sexes brûlants retardent l’explosion,
Nous jouissons tous les deux en un doux concerto.

Lorsque mes mains complices remettent ton corsage
Nous savons toi et moi que vont se répéter
Ces étreintes charnelles, laissant nos corps peu sages,
Enivrés pour longtemps de sensualité.

Repost 0
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 15:26
Poem: Simply for you
Poem: Simply for you

I believe in those dreams that will one day come true,

I believe in moments of friendship through and through.

 

I miss you all mornings, I miss you late at night,

The mere thought of you is my joy and delight.

 

I believe in stardust and moonbeams all aglow,

I believe there's magic and more there than we know.

 

I can't wait to see you, please hurry and come back,

You make me so happy, you have that special knack.

 

I believe when you laugh a sparkle starts to shine

And I just know that spark always makes me feel fine.

 

I think of you often and in the fondest way,

I cherish you much more than I ever could say.

 

I believe if you cry your tears are not in vain

And when you are lonely, for sure I feel your pain.

Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 08:20
Acrostiche: Choupinette

Chaque fois qu'elle arrive c'est la fête au village,

 

Hors la loi je deviens et j'en oublie mon âge.

 

On ne peut rester sage devant tant de fraîcheur,

 

Un autre jour peut être ou bien à contrecœur.

 

Pour elle je ferais sûrement l'impensable,

 

Impossible mission devient soudain faisable.

 

N'y voyez aucun mal! Ce trouble qui m'envahit

 

Et serre mon estomac c'est la vie qui revit.

 

Tel un bel arc en ciel qui colore ma peau,

 

Telle une étoile filante bousculant mon repos,

 

Elle me transmet l'espoir en un simple regard.

Repost 0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 21:30
Poème sensuel: Trouble estival

Dans l’été des folies mon esprit perd la tête.
L’écran de ton corsage attire mes prunelles,
Mon œil sur tes courbures s’amuse à faire l’esthète
Et brave les pudeurs qui me donnent des ailes.

Je bois tes décolletés aux heures caniculaires,
Les chutes de bretelles sur tes épaules hâlées,
Les cuivres et les ors de ta douce peau solaire
Prétendant la sagesse bien qu’à peine voilée.

Ces appas devinés déboussolent mon âme
Et poussent mon corps timide à entrer dans la danse.
Tes yeux et ton sourire me brûlent telle une flamme
Et font jaillir de moi une belle impudence.

Tes suaves offrandes sont faites pour mes mains,
Je les flatte, les caresse, en recherche la source,
Mes lèvres et ma langue s’égarent en chemin
Et parcourent ta peau de frissonnantes courses.

Tes reins, tes seins, tes hanches s’agrippent à mes caresses,
Nos flancs s’unissent en ondes et nos ventres se fondent.
Nos souffles et nos bouches se mélangent, se repaissent
Jusqu’à s’abandonner en une extase profonde.

La chaleur de l’été a attisé nos jeux,
Je confesse l’ivresse que tu provoques en moi,
Tu es mon sel d’amour, tu es mon tendre feu,
Le trouble de mes jours, chaleur de mon émoi.

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 17:37
Poema: Emociones
Poema: Emociones

Emociones


 

Emociones intensas, coloridas, luminosas, apasionadas

Que me envuelven cuando me conmueve la belleza.

Emociones cuando serpentinas nacen en mi corazón

Y recorren mi cuerpo con palpitaciones queridas.

Emociones al escuchar, al abrazar,

Cuando me miran ojos amados,

Cuando me acarician dedos delicados.

Emociones cuando una boca suave roza la mía,

Cuando besos tiernos me emborrachan.

Emociones al mirar una estrella

Y encontrarte en ella.

Repost 0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 10:55
Poème: Doux émoi

Quelque part dans ma vie il existe une fleur
Qui adoucit mon âme et apaise mes peurs.
Douce clarté de mes yeux, si je n’ai sa lumière
Une aveugle nuée ennuite mes paupières.

Lorsque ma main fébrile se pose sur son corps,
Afin d’y retrouver un tendre et bel accord,
Son visage se pare des couleurs éternelles
Qui redonnent au jour sa lumière naturelle.

Quand son souffle répond au mien dans une danse
Comme pour s’en aller vers une autre naissance,
Je dépose sur sa joue un baiser de soleil
Et cueille dans son sourire une rosée vermeille.

Mesurant mes élans pour qu’ils ne me débordent,
Je cherche avec amour les notes qui s’accordent,
N’attendant que l’instant où s’empare de moi
Le frisson de ma peau chargé d’un doux émoi.

Repost 0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 22:50
Poème: Aimons nous vivants

Le ciel avait hélas fini par s’assombrir

Et l’orage attendu tomba sans coup férir.

Déjà dans ma poitrine ferraillaient les éclairs,

En duo symphonique répliquait le tonnerre.

 

Mon douloureux dilemme, cet intime vacarme,

Dans une pluie d’averses noya toutes ses larmes.

La boue, en gros torrents, déferla sur mon corps

Pour un autre paraître et un nouveau décor.

 

Puis l’orage cessa. Reprenant fièrement

Ses atours délaissés et des chemins cléments,

La nature m’engagea à regarder devant,

A emboîter son pas, le nez collé au vent.

 

Un soir de fin d’automne mes yeux ont défilé

De l’horizon noirci jusqu’au ciel étoilé.

Ce soir là je me suis endormi intrigué:

Comment sera demain? Mélancolique ou gai?

 

Dans la lumière douce du tout petit matin

Une légère fraîcheur a coloré mon teint

D’une lueur d’espoir. Le froid piquait dehors

Exhortant le soleil à trouver ses accords.

 

Les matins qui suivirent étaient des lendemains

Gagnés sur le passé et glanés en chemin:

Promesses hésitantes entrouvrant leurs persiennes

Vers une envie d’y croire et de les faire siennes.

 

Carillon des saisons, reprend ta course folle!

Avec toi je m’enivre, avec toi je m’envole.

Couvre moi de parfums et viens violer ma peau

Car je ne veux connaître ni trêve ni repos.

 

De l’automne aux mille feux à l’hiver tristounet,

Du printemps remuant à l’été étonné,

Aujourd’hui et demain, et encore plus qu’avant,

N’ayons jamais de cesse de nous aimer vivants!

 

Repost 0

Présentation

  • : zyablik.over-blog.com
  • zyablik.over-blog.com
  • : Poèmes. Textes poétiques. Réflexions.
  • Contact

Recherche

Liens